Etude de la lumière en photographie

La lumière

Photographie, mot qui a pour origine le grec ancien

Photo = Photon qui signifie lumière; Graphie = écrire, dessiner

La lumière est un ensemble d’ondes électro-magnétiques auxquels nos yeux humains sont sensibles. Une onde se caractérise par sa longueur d’onde.

Un oeil humain est sensible aux ondes comprises entre 400 et 700 nanomètres. 1 nanomètre (nm) = 10 9 m = 0,000000001 mètre

Dans cette fourchette de 400 à 700 nm, à chaque longueur d’onde correspond une sensation visuelle différente, donc 1 couleur.

Dans ce spectre visible, on distingue 3 grandes zones colorées :

Illustration du spectre de la lumière visible - @copyright
Illustration du spectre de la lumière visible – @copyright

Ces 3 couleurs BLEU / VERT / ROUGE sont les couleurs fondamentales primaires

Elles sont à la base de la vision humaine et des systèmes photos.

En effet, sur la rétine humaine, on y trouve des cônes sensibles aux couleurs.

1/3 de ces cônes sont sensibles au BLEU

1/3 de ces cônes sont sensibles au VERT

1/3 de ces cônes sont sensibles au ROUGE

Dans un film argentique couleur, qui dispose donc de 3 couches, il y a une couche sensible au BLEU, une couche sensible au VERT et une couche sensible au ROUGE.

Dans un capteur numérique, une partie des photosites est sensible au BLEU, une partie des photosites est sensible au VERT et une partie des photosites est sensible au ROUGE.

L’association de ces 3 couleurs primaires permet de recréer TOUTES LES AUTRES COULEURS

L’ensemble des radiations visibles simultanément crée la LUMIERE BLANCHE

Blanc = Bleu + Vert + Rouge; (en égale proportion)

Blanc = 1/3 Bleu + 1/3 Vert + 1/3 Rouge

Si l’un de ces tiers est un peu plus important, cela modifie la blancheur de cette lumière, et donc sa température de couleur (TC)

Et cela influe directement sur la BALANCE DES BLANCS

NOIR = AUCUNE RADIATION VISIBLE ENTRE 400 et 700 nm

Les couleurs

3 couleurs fondamentales primaires = B V R (Bleu Vert Rouge) ou en anglais RGB = Red Green Blue

Quand on associe 2 couleurs primaires, alors on obtient une COULEUR SECONDAIRE qui est la COMPLEMENTAIRE de la primaire absente.

BLEU + VERT = CYAN; le cyan est la complémentaire du rouge

Note : La complémentaire est la couleur la plus différente, à l’opposée de la couleur primaire concernée.

VERT + ROUGE = JAUNE; qui est la complémentaire du bleu

BLEU + ROUGE = MAGENTA; qui est la complémentaire du vert.

2 couleurs sont complémentaires quand leurs associations donne le neutre, c’est à dire BLANC / NOIR / GRIS

Ex : [B+R= MAGENTA] + V ==> B + R + V = BLANC

==> 3 couleurs fondamentales secondaires : JAUNE – MAGENTA – CYAN

C’est avec ces 3 colorants, et uniquement avec ces 3 là qu’on obtient les tirages ou impressions couleurs.

Température de couleur

On sait qu’une lumière blanche est constituée de 1/3 de Bleu, 1/3 de Vert et 1/3 de Rouge

En général, toutes les sources lumineuses blanches ne respectent pas scrupuleusement ces proportions

BLEU

  • La lumière naturelle est riche en bleu
  • Les flashs sont riche en lumière bleu
  • Les LED et les tubes fluorescents sont riches de bleu

ROUGE

  • Tous les TUNGSTENES sont riches de rouge

Toutes ces sources lumineuses ont une température de couleur exprimée en KELVINS K° (mesurée avec un thermo colorimètre)

Température de couleur (TC)

PLUS la TC est ELEVE, plus la source lumineuse est riche de bleu (LUMIERE dite FROIDE)

PLUS LA TC est BASSE, plus la source lumineuse est riche de rouge (LUMIERE dite CHAUDE)

Repères de TC

5500 K° ==> Lumière naturelle du jour et Flash électronique

6000 K° ==> Fluorescent, Led

3200 K° ==> Tungstène, halogène, Quartz

En photo argentique couleur, nous avons les mêmes problèmes de température de couleur.

On dispose de 2 gammes de films :

  • Une gamme équilibrée pour 5500 k° (Film Type D)
  • Une gamme équilibrée pour 3200 k° (Film type T)

Photographe à Lyon

Interview de Stéphane VALOTTEAU, photographe basé à Lyon.

Rédigé Par Vincent Kem

Crédits photos : Stéphane Valotteau

En tant que photographe, je suis amené à rencontrer énormément de nouvelles personnes aux horizons divers, il s’agit souvent de personnes que je dois photographier, mais aussi de confrères et de consoeurs.

J’aime beaucoup échanger avec d’autres photographes professionnels, d’une part parce que chacun est différent et que les méthodologies de travail peuvent l’être également, mais surtout parce qu’il est important pour un photographe professionnel de ne pas rester assis confortablement dans son siège.

Echanger avec les autres, lorsqu’on exerce le métier de photographe indépendant, permet de sortir de son isolement, de connaître les tendances afin de rester à la page, à la fois artistiquement et techniquement, et parfois de sortir des sentiers battus pour tester de nouvelles choses.

Lors d’un salon professionnel au mois de septembre, j’ai rencontré Stéphane Valotteau, photographe à Lyon. Fort sympathique, nous avons beaucoup échangé sur nos différentes pratiques et notre façon d’entrer en relation avec nos clients. J’ai trouvé sa démarche intéressante, et comme beaucoup de personne m’ont déjà posé la question de savoir pourquoi et comment je suis devenu photographe professionnel, voici un autre exemple de parcours que je tiens à partager, un parcours d’autodidacte.

Stéphane Valotteau

Focus sur Stéphane Valotteau, son parcours pour devenir photographe avec une spécialisation : La photographie Lifestyle.

Stéphane, comment es tu arrivé à la photographie professionnelle ?

Depuis mon plus jeune âge jusqu’à ce que je devienne photographe professionnel à Lyon, mon activité de photographe a bien évolué.

Petit, mes parents m’avaient mis un appareil photo entre les mains, un appareil photo argentique, avec un roll film que l’on faisait ensuite développer au laboratoire, et un flash en forme de cube.  
Je crois que le produit à l’intérieur en explosant générait de la lumière, d’ailleurs je me suis amusé quelques fois avec cet appareil photo juste pour déclencher la lumière du flash mais tu ne le diras pas à mes parents !

Je suis devenu photographe de mariage à Lyon, mais avant cela , j’ai dû me former, et faire plein d’images différentes et trouver ma spécialité.

Comment as tu appris les bases de la photographie numérique à Lyon ?

Je me suis essayé à la photo de concert, étant moi même à une époque musicien à Lyon, et donc j’avais la chance de côtoyer des musiciens, participer à des concerts, et même faire des photos de reportage d’artisans comme un reportage photo sur un  atelier de lutherie.


J’avais un 400D de Canon, et il ne fallait pas monter au dessus de 800 isos autrement l’image était vraiment affreuse. 
Quand vous pensez que maintenant vous pouvez monter à 6400 isos, et que là on est un peu limite, sauf si vous aimez les images avec beaucoup de grains.


J’ai pu travailler et évoluer grâce à internet qui m’a guidé vers des blogs de photos avec lesquels j’ai pu faire mes armes.
Pour la petite histoire, la première image que j’ai montré était une image en contre jour surexposé qui était inexploitable, les foudres me sont tombées dessus…

Utilises tu des techniques de traitement numérique photographique ?

Oui, en tant que photographe professionnel, c’est impératif, c’est comme si je disais être photographe en argentique et ne pas savoir développer un film et réaliser des grandissements. Le traitement numérique, c’est le développement moderne.

En plus de tous les paramètres de la photo qui est compliqué, vitesse ouverture et ISO, il a fallu apprendre à traiter une image pour l’embellir sur ordinateur.

Trouver des tutoriels sur des programmes comme Photoshop et Ligthroom et apprendre à calibrer un écran pour avoir une image aux couleurs fidèles.

J’ai vu que tu réalises des portraits de photos numérique à Lyon ?

J’ai en fait commencé mon travail de photographe en invitant des amis a poser  dans des endroits comme la colline de la Croix-Rousse ou le vieux Lyon.
Ces beaux endroits  ont une ambiance de couleur orangée et la vieille pierre vient embellir l’arrière plan .


Actuellement, on me sollicite davantage pour des portraits modernes et mode que nous prendrions plus dans le nouveau quartier Confluence à Lyon.
Ce quartier moderne et chic est le travail d’architectes qui présentent leurs œuvres de constructions.
Les lignes sont agressives et modernes accompagnées de couleurs vives.
Ambiance garantie, car Lyon est une ville magnifique avec une architecture bien à elle.
Ces photos étaient destinées à montrer mon travail à des photographes plus expérimentés. 


Maintenant que je maîtrise la lumière, je propose des séance portraits , famille, couples, mariage, et EVJF / EVG dans le lieux de leur choix. Il y a dans Lyon une multitude d’endroits où nous pouvons capturer l’instant en photographie.

Quel matériel photographique utilises tu ?

J’utilise actuellement deux boîtiers Canon, car je suis photographe professionnel de mariage à Lyon.
Deux boîtiers sur lesquels , je monte deux objectifs pour deux prises de vues différentes.
Un 35 mm  focale fixe à ouverture 1,4 pour de la prise de vue large, et un 85 mm focale fixe aussi pour de la photo plus rapprochée type portrait.
Ces deux objectifs me permettent de prendre des clichés vraiment créatifs  et spontanés. 
J’utilise aussi un harnais pour ne pas me fatiguer le dos portant mes deux boîtiers tout le long de la journée.
Et j’utilise aussi, un  objectif ultra grand angle
17-40 mm pour réaliser la sortie des cérémonies ainsi que les photos de groupes.

Photographe de mariage à Lyon ?

Je le suis aussi à Nice et à Paris, ça m’intéresse, dis nous en un peu…

C’est mon activité principale aujourd’hui et j’adore ça.
Mon travail consiste à prendre les meilleurs moments volés des mariages, les moments drôles, les moments émouvants et être là dans les moments importants de leurs journées.
On doit réussir à instaurer un climat de confiance avec les futurs mariés, car je vais les suivre tout le long de leurs journées.


Mon conseil en tant que photographe de mariage à Lyon est qu’il est important de se rencontrer plusieurs fois, pour apprendre à se connaître mutuellement, comprendre leur journée, visualiser peut être grâce à quelques clichés les personnes qui leurs sont importantes à prendre en photo.
Je leur montre certaines poses pour les photos de couple, et leur donne des astuces et des conseils pour les moments fort de leur journée.

Saches que je réalise aussi les photos de la séance d’engagement avant le mariage.

Avec les futurs mariés je prend un moment pour réaliser une séance photo en tenue civile, dans l’endroit de leur choix.
Par la même occasion, ils apprennent à poser pour qu’ils puissent s’aimer rapidement en photo ! Et être à l’aise devant l’objectif le jour de leur mariage.

Concernant les photos de groupe lors des mariages à Lyon, ce sont des moments délicats dans ces journées si elles ne sont pas bien organisées.
Beaucoup de personnes à prendre en photo veut dire grosse organisation pour perdre le moins de temps possible, et que nos mariés ne perdent pas de patience.
J’instaure des choses importantes au préalable pour que le déroulement se passe au mieux ! 

Et pour les préparatifs mariage  à Lyon, ce sont des séances photos intimistes de la préparation de la mariée et du marié, il faut que cela aille vite, le matin est un moment magique ou l’ambiance y est douce.
Il y a beaucoup de moments surprises dans ces journées et chaque mariage est différent.

C’est cela être photographe à Lyon, c’est diversifier sa clientèle , comprendre ses clients.

Merci Stéphane, j’espère te recroiser.

Vincent Kem,